Le dernier grand film de Michael Cimino, bientôt disponible dans une magnifique édition. 

Affiche de L'Année du Dragon de Michael Cimino (1985)

Affiche de L’Année du Dragon de Michael Cimino (1985)

Un vétéran du Viêt Nam, Stanley White, est devenu flic à New-York et enquête sur des assassinats et un trafic de drogue à Chinatown. Stanley White déclare à lui tout seul la guerre à la mafia chinoise new-yorkaise. Stanley subit la fracture culturelle qui règne aux États-Unis, entre les populations d’origine européenne, considérées comme sans esprit, et celles venues de Chine qui se revendiquent détentrices d’un savoir supérieur ainsi que l’affirme un jeune mafieux arriviste qui, par ailleurs, tente d’imposer des idées nouvelles dans son propre clan composé de vieux chefs trop sclérosés pour évoluer. Policier le plus décoré de New York, Stanley est colérique, têtu et arrogant, en conflit avec sa hiérarchie ; il devient revanchard et s’attaque de front à cet empire asiatique, en grande partie souterrain, déployé sur Manhattan.

Après la sortie de la luxueuse édition de Body Double – sans doute le film le plus radical de Brian de Palma – il y a quelques mois, Carlotta réitère l’exploit en dévoilant un nouveau coffret, cette fois dédié à L’Année du Dragon, le dernier grand film de Michael Cimino. Sa parution prochaine, le 9 mars, illustre un désir probant de renouvellement et un éclectisme salutaire. Avant d’en examiner le contenu et de s’attarder sur les détails techniques de l’édition, il convient de s’interroger sur l’objet en soi. Il a pour avantage de redorer le blason d’un film maudit, peu considéré, notamment après l’échec cuisant de La Porte du Paradis. Concocté par l’artiste français Midnight Marauder, le visuel du packaging lui confère une aura presque religieuse, transformant le coffret en reliquaire renfermant un trésor inavoué. À l’intérieur, nous y retrouvons les mêmes ingrédients que dans le coffret précédent, un ouvrage de 208 pages judicieusement intitulé L’Ordre et le Chaos.

La restauration témoigne d’un travail éblouissant sur l’image, en soi et en comparaison de l’édition hasardeuse signée MGM, redonnant toute leur splendeur aux couleurs, dépouillées de toute granularité. Pour cela, l’édition donne enfin au film la recomposition qu’il méritait, qui permettra sans doute à diverses strates de la cinéphilie de pouvoir le reconsidérer à sa juste valeur dans des conditions de visionnage optimales. Contrairement au coffret Body Double, le mixage sonore semble moins élaboré en français, imposant de facto le choix de la langue originale, bénéficiant d’un encodage en DTS-HD largement satisfaisant et tenant compte des nuances de la spatialisation du son.

Coffret de L'Année du Dragon édité par Carlotta (à paraître le 9 mars 2016)

Coffret de L’Année du Dragon édité par Carlotta (à paraître le 9 mars 2016)

Les bonus, quant à eux, ont beau être peu nombreux, ils recèlent des informations précieuses. Nous avons d’abord droit à une analyse, aussi instructive que passionnante de Jean-Baptiste Thoret – critique à Charlie Hebdo – dévoilant toute la profondeur du film. Nous y apprenons que c’est un travail de  recondisération contextuelle que la cinéphilie doit opérer sur L’Année du Dragon, tant il est hanté par le spectre de l’échec du précédent film de son auteur, honni par tous et accusé d’être le bourreau du Nouvel Hollywood. Puis, nous avons également droit à un entretien audio de vingt-sept minutes avec Michael Cimino intitulé Au Cœur du Dragon, dans lequel il revient sur diverses anecdotes, dont une méprise amusante de Stanley Kubrick au sujet du lieu de tournage. Plus globalement, il y revient sur ses divers choix artistiques, ses réussites et ses quelques compromis – notamment la réplique finale.

Enfin, c’est encore un ouvrage très touffu que nous offre Carlotta. Intitulé L’Ordre et le Chaos, il reconstitue dans sa première partie des éléments du scénario écrit par Oliver Stone et Michael Cimino. Il contient également près de cinquante photos inédites de tournage récupérée des archives de la MGM et de Warner Bros., divers entretiens avec le réalisateur, Mickey Rourke et Robert Daley – l’auteur du roman original – parus dans la presse française de l’époque, ainsi que des notes de production.

Ce nouveau coffret signé Carlotta est à la hauteur des attentes, tant il redonne au film une aura magistrale. Pénétrer les secrets de tournage et les anecdotes enfouies permet de sentir le privilège d’assister à l’élaboration d’un grand film de cinéma et de saisir toute sa complexité. Casser sa tirelire pour s’attribuer cette magnifique édition ne sera aucunement source de regrets.