Troisième volet de la saga Il était une fois en Chine. Tsui Hark et Jet Li quittent l’aventure sur un troisième épisode décevant….

Affiche Le tournoi du lion

Affiche Le tournoi du lion

L’impératrice douairière décide dans le plus grand secret d’instaurer la compétition de la Tête de Lion, qui doit distinguer les plus grandes écoles de kung-fu de Chine.

Dernier volet de la saga Il était une fois en Chine que l’on traitera dans cette rétrospective Tsui Hark. Même si le réalisateur reviendra pour le cinquième épisode mais sans Jet Li qui lui reviendra dans le dernier épisode de la saga seulement. Une embrouille entre l’acteur et le réalisateur étant à l’origine de plusieurs années sans aucune collaboration.

Revenons donc au Tournoi du Lion. Cette fois-ci Wong Fei-Hung part avec Tante Yee et son disciple à Pekin pour rendre visite à son père. Il débarque en plein milieu d’une confrontation entre les écoles de Kung-Fu suite à un tournoi décidé par l’Impératrice.

Autant vous dire que ce troisième opus possède clairement le scénario le plus facile et le moins intéressant de la saga. Contrairement aux deux premiers où il y avait une véritable histoire sur la Chine, les changements que subit le pays et la façon qu’on les chinois de voir cela, ici on n’y retrouvera quasiment rien de tout ça. Puis quand le titre du film possède le tournoi du lion, on est en droit de s’attendre à différents combats d’art martiaux en face à face . Mais ça ne sera le cas à aucun moment. Le mot tournoi n’étant même pas réellement respecté.

Extrait Le tournoi du lion

Extrait Le tournoi du lion

 On s’ennuie ferme devant ce nouvel épisode des aventures de Wong. Comme l’impression qu’on assiste à une parodie. La magie de Tsui Hark s’étant littéralement envolé. Les combats ne font plus effets même le final ne fonctionne pas réellement. De surcroît, le film fait l’erreur de se concentrer principalement sur la romance entre Wong et Tante Yee et ça en devient assez agaçant, surtout quand on y ajoute un personnage russe de méchant pour faire un faux triangle amoureux.

Reste néanmoins la qualité visuelle indéniable. Des jeux de couleurs sublime et aussi cet hommage au cinéma. En effet, Tsui Hark décide de mettre le septième art à l’honneur avec l’apparition de la caméra en Chine ainsi qu’une scène qui rend hommage au premier film du cinéma: L’arrivé du train en gare de la Ciota.

Le tournoi du lion s’avère être le revers de la médaille de la saga Il était une fois en Chine. Finit la magie, place désormais à la saga commerciale qu’on ne voulait pas voir. D’un ennui profond et avec des scènes de kung Fu très décevant, le film ne fonctionne jamais vraiment. Une grande déception pour ce qui marquera la dernière collaboration pendant longtemps entre Jet Li et Tsui Hark.