Sunday bloody sunday

enfer_dimanche_affiche

Affiche de L’enfer du dimanche de Oliver Stone (1999)

C’est la descente aux enfers pour les Miami Sharks, une équipe de football américain qui subit une série de revers. Pour se maintenir à son poste, l’entraîneur qui commence à être serieusement contesté fait jouer un débutant talentueux. A travers cette fresque sur les enjeux du football americain, le réalisateur dresse un bilan des névroses de l’Amérique.

Lorsque l’on regarde la filmographie d’Oliver Stone, une chose est sûre, le réalisateur aime développer un film sur l’histoire des Etats-Unis, le Vietnam, le 4 juillet, JFK, Wall Street, Snowden récemment. C’est donc tout naturel qu’il traite le sujet de la National Football League (NFL), sport plus connu sous le nom de football américain.

Le dimanche est religieux pour l’église mais il est sacré pour les américains car c’est le jour où les matchs de ce sport ont lieu. Les matchs commencent à 13h (heure de la côte est) et il y a 3 séries de plusieurs matchs. Sachant qu’un match dure entre 3 et 4 heures, le dimanche entier est consacré à ce sport. Les équipes de NFL gèrent et génèrent des centaines de millions de dollars mais Stone n’a pas voulu trop parler de cet aspect dans le film. Il montre bien évidemment le quotidien luxueux des joueurs mais il s’applique en particulier sur le sport lui-même. Entraîneurs, défense, attaque, médecins, femmes de joueurs, tous sont impliqués dans le scénario exceptés les fans et les Américains. Comme il insiste plus d’une fois dans le film par l’intermédiaire de son personnage principal, le football est une tradition et est ancré dans la culture américaine depuis des dizaines d’années.

Oliver Stone utilise comme pour Tueurs un montage très rapide. Cela donne effectivement un certain rythme mais le film perd en émotion lorqu’il insère des images de flashback dans ses scènes où il recherche la sympathie du spectateur pour ses personnages en partant dans le pathos. Le réalisateur s’est par contre entouré d’un casting très alléchant sur le papier : Al Pacino, James Foxx, Cameron Diaz, Dennis Quaid, James Woods, Aaron Eckhart ainsi que LL Cool J et des anciens vrais joueurs de la NFL. Tous ont une part importante dans le scénario afin de voir tous les aspects du Football comme je le disais tantôt : celui de l’entraîneur dépassé, du nouveau joueur qui rentre dans la cours des grands et rencontrent la célébrité ainsi qu’un autre bien plus important pour l’être humain et en particulier le joueur de football américain, celui de la santé.

Extrait de L'enfer du dimanche de Oliver Stone (1999)

Extrait de L’enfer du dimanche de Oliver Stone (1999)

Les blessures rencontrés par les joueurs sont au centre du film. Dès qu’un joueur montre la moindre douleur, les différents protagonistes ont tous une version différente de l’action à venir. Le joueur lui-même souhaite une piqûre pour diminuer la douleur et retourner jouer, l’entraîneur est inquiet mais se base sur le désir du joueur, le médecin quant à lui ne consulte même pas le joueur après avoir connu la gravité de la blessure qui pourrait paralyser le joueur à vie (cette partie du film étant adaptée d’une histoire vraie). La partie touchante de ces réactions a été celle de la femme du joueur blessé. Celui-ci veut arrêter le foot car il se fait vieux et a mal tous les jours. Elle, au contraire, le force à continuer en lui disant qu’il ne sait rien faire d’autre de sa vie. De premier abord, on penserait que sa femme est une *** mais en fait non, elle est là pour lui fair aller de l’avant, qu’il continue de repousser ses limites et l’incite à ne pas abandonner car c’est un battant.

En résumé, Oliver Stone continue sa lancée dans les films sur l’histoire américaine en parlant du football américain. Il se consacre au sport en lui-même et aux protagonistes de celui-ci en se consacrant sur les différents rôles que celui-ci a sur une équipe de football et son entourage. Même si le scénario et les personnages sont intéressants, Stone casse son film avec son montage trop contemporain et perd le spectateur.

Features Stats Integration Plugin developed by YD