Pour la sortie du film Fantastic Birthday, Cinephilia a eu la chance de poser quelques questions à la réalisatrice, Rosemary Myers, et à l’actrice, Bethany Whitmore.

Comment avez-vous eu l’idée d’adapter votre pièce au cinéma ?

R.M: Matt (auteur/scénariste) et moi avons pris part à un atelier, the Hive, qui encourage des artistes ne faisant pas parti du monde du cinéma (chorégraphes, plasticiens, musiciens et artistes théâtraux) d’expérimenter des idées pour le grand écran. L’atelier propose également une bourse, nous y avons travaillé Girl Asleep qui était la pièce que nous jouions à l’époque.

Quelles sont les principales différences entre cinéma et théâtre ? Et comment avez-vous incorporé des éléments du théâtre dans le film ? 

R.M: Les processus sont très différents. Au théâtre, vous avec toute une période de répétition où vous pouvez prendre de la distance sur ce que vous faites. Au cinéma, le travail se fait surtout en pré et post-production. Le tournage n’a duré que 22 jours, alors que les périodes de pré et post production ont duré huit mois et seize semaines.

Au théâtre, nous aimons renforcer certains éléments pour rendre l’histoire plus viscérale et immersive, moins naturelle. Nous avons essayé de garder cet aspect, ce qui nous a d’ailleurs beaucoup aidé. Car faire un film d’époque avec un petit budget est assez stressant, mais notre façon de pensée venue du théâtre nous a été utile. Par exemple, pour la scène à cheval nous avons préféré utiliser une marionnette plutôt qu’un vrai cheval.

Avez-vous apporté des modifications par rapport à la pièce de théâtre ? 

R.M:  Nous sommes resté assez proches même si nous avons ajouté des personnages et décors dans le film. J’ai eu l’avantage de travailler avec la même équipe créative que pour la pièce, nous avions donc des idées assez similaires sur la manière de l’adapter.

Comment avez-vous choisi vos acteurs ?

R.M: Pour les deux rôles principaux, nous avons vu beaucoup d’acteurs en auditions mais Bethany et Harrison ont toujours été nos préférés. Ils sont géniaux et très professionnels, et toujours prets à prendre des risques, ce qui est quelque chose que je recherche dans un acteur.

Matthew Whittet (Conrad/Abject Man), Amber McMahon (Janet/Frozen Woman) et Eamon Farren (Adam/Benoit Tremet) jouaient tous dans la pièce.

Quelles furent vos influences ?

R.M: Matt et moi avons toujours été intéressés par le conte La Belle au bois dormant et sur ce qu’il se passe lorsqu’elle est endormie. Nous aimions cette manière de raconter l’histoire où le rêve montre l’état d’esprit du protagoniste comme dans Le Magicien d’Oz.

Jonathon (Directeur artistique), Andy (Directeur de la photographie) et moi discutions de l’ambiance générale du film et nous sommes beaucoup inspiré des années soixante-dix. Nous avons créée des lookbooks de photographies des années soixante-dix et avons fait des tests pour certains environnements du films. Nous nous sommes inspirés de travaux de nombreuses personnes, Wes Anderson entre autre. Michel Gondry a également été une grosse influence avec Spike Jonze, Charlie Kaufman, Jane Campion, David Lynch, Hal Hartley et Sofia Coppola.

Pourquoi avoir choisi les années soixante-dix ?

R.M: Esthétiquement, c’est un plaisir pour un créateur. De bien des façons, c’était une époque plus simple pour les jeunes. Il n’y avait ni Internet, ni Google. C’était un monde très différent. C’était également une époque très importante pour le féminisme. Les opportunités pour les femmes devenaient plus importantes, surtout comparé à l’après-guerre où les femmes furent renvoyées à la maison.

J’ai vraiment beaucoup aimé la fin, lorsqu’ils échangent leur vêtement. Quand dans le processus d’écriture cette idée est venue ? Qu’est-ce que cela signifie pour vous ?

R.M: Cette idée vient de la pièce de théâtre. Matt a eut cette idée assez tôt, et nous l’avons immédiatement adoré. La dernière image c’est Greta qui décide de ne pas céder à la pression d’une certaine image qu’elle doit avoir, mais d’être elle-même. C’est Greta qui décide de grandir, mais à sa manière. Je pense que c’est un message très fort pour tout le monde, particulièrement pour les jeunes. Et considrant la situation actuelle, il est très important de mettre le féminisme en avant.

Voulez-vous tourner un autre film ?

R.M: Absolument! Nous nous sommes tellement amusés à tourner Fantastic Birthday. Nous aimerions avoir la chance d’utiliser ces nouvelles connaissances pour un tout nouveau projet.

Avez-vous des projets pour le futur ? Et pensez-vous travailler encore sur l’adolescence ? 

R.M: Nous avons commencé à travailler sur suite qui sera une adaptation d’une autre de nos pièces de théâtre. Nous pensons avoir beaucoup de contenu assez forts car ce ne sont que des pièces originales. Nous aimons les rites de passage, la transition de l’enfance à l’âge adulte. Nous l’avons tous vécu ou sommes en train de le vivre. Ce qui permet aux spectateurs de s’identifier. C’est clairement un sujet que nous sommes pas prêt d’épuiser.


Windmill Theatre / UFO Distribution

Comment avez-vous eu le rôle ?

B.W: Je me suis enregistré pour l’audition dans le rôle de Greta Driscoll, heureusement on m’avait donné le script avant cela pour que je puis étudier la personnalité de Greta. Rosemary Myers and Matthew Whittet ont aimé mon audition et sont allé jusque Melbourne pour me rencontrer en personne avec Harrison Feldman (Eliott) pour vois si nous fonctionnions en tant que duo. Heureusement pour nous, nous avons tout les deux eu le rôle.

Comment vous êtes-vous préparée ? Avez-vous lu ou regardé des films ? 

B.W: J’ai beaucoup lu le script et travaillé avec mon coach scène par scène. J’ai répété avec Harrison Feldman, Rose Myers et Andrew Commis (directeur de la photographie) pour mieux comprendre comment nous allions tourner le film. Nous avons également parlé de symbolisme, des thèmes et différents sous-textes du film. Rosemary m’a recommandé des films avec un univers surréalistes et des identités esthétiques similaires (La sciences des rêves de Michel Gondry, David Lynch ou Wes Anderson)

Avez-vous vu la pièce ?

B.W:J’ai pris la décision de ne pas aller la voir. Je voulais apporter ma propre vision du personnage. J’ai d’bord demandé à Rosemary ce qu’elle en pensait, et elle était d’accord avec moi sur l’idée que je devais amener une vision nouvelle de Greta.

Vous sentez-vous proche de Greta Driscoll ?

B.W: J’avais tout juste 15 ans au début du tournage, je comprenais donc assez bien ses problèmes et les changements qu’elle rencontre. Je suis assi quelqu’un de très créatif qui jouait avec mes petit chevaux et autres jouets jusqu’à l’âge de 14 ans. Cependant, je pense que ce qui nous rapproche le plus est le fait que je ne suis pas la fille la plus populaire de l’école qui suit les normes sociales. Au contraire, nous avons toutes les deux nos propres normes sociales que nous avons défini sur la créativité et l’individualité. J’ai comme elle des amis un peu nerdy, optimiste et très drôle, un peu comme Elliott.

Comment avez-vous travaillé sur le tournage ? Comment était-ce avec les autres acteurs ?

B.W: Nous collaborions beaucoup, et tout le monde s’investissait beaucoup. Harrison Feldman, Amber McMahon ettthew Whittet sont tous de très bons acteurs et de très belles personnes. Le tournage a été un vrai plaisir et un véritable accomplissment en tant qu’actrice. Avoir le rôle principal et pouvoir discuter des scènes avec Rosemary Myers, Matt Whittet et Andrew Commis était un rêve devenu réalité.

Avez-vous d’autres projets ?

B.W: Je suis actuellement en train de tourner un remake de Picnic at the hanging rock pour Foxtel. Je suis vraiment contente d’être à nouveau sur un projet fantastique. Je pense tourner la saison 3 de The Family Law dans l’année et je passe également mon baccalauréat. L’année prochaine je pense déménager à Sydney pour étudier l’écriture de scénario, en plus de beaucoup d’autres projets. Je pense être à Los Angeles pour la saison des pilotes. Sur le long-terme, j’aimerai travaille sur un tournage français car je continuerai d’apprendre le français l’année prochaine.

Features Stats Integration Plugin developed by YD