Rencontre avec une star de Youtube qui passe au cinéma



Le Manoir est le premier long-métrage qui rassemble les youtubeurs les plus connus de France et de Navarre. Pour l’occasion, nous avons rencontré deux des interprètes principaux, Natoo et Ludovik.


En commençant vos vidéos sur Youtube, est-ce que le cinéma était déjà un objectif ?


Non non, on ne se pose pas trop la question. On ne sait même pas qu’on va pouvoir vivre de la comédie. Pour ma part, c’était vraiment juste pour m’amuser. Je faisais déjà des vidéos avant, en privé. J’ai juste passé le cap en voyant des vidéos de youtubeurs américains car je ne connaissais personne en France avant. Je me disais que c’était marrant qu’ils s’adressent directement à moi en face cam. Alors que maintenant il y en a des milliers et des milliers. S’adresser directement à des gens, je trouvais ça étrange et je voulais faire ça.


Le cinéma est arrivé comment ? Avec ce projet-ci ? Il y avait des envies avant ?


Pour ma part, peu importe le support, que ce soit le cinéma, internet ou la télévision, du moment que le projet est intéressant. Je n’étais pas frustrée de ne pas en faire avant Le Manoir. Il y en a qui ne veulent faire que ça, ce n’était pas mon cas. C’est juste du bonus. C’est un projet génial qu’on a eu la chance de réaliser donc j’ai foncé à tête baisser d’autant plus que c’est mon petit ami (Kemar NDLR) qui l’a écrit. Ca surpassait tout ce que j’ai pu faire avant.


Ca faisait longtemps qu’il avait cette envie ?


On avait tourné un court-métrage Mission 404 avec le Studio Bagel et Golden Moustache il y a quatre ans. C’était dans un château perdu au milieu de nulle part et il avait pris une caméra et s’était mis à improviser des vidéos d’horreur. C’était n’importe quoi, je pense que beaucoup de gens prennent leur caméra et font des choses du genre. C’était nul mais drôle de nullité. Le truc d’horreur, il a voulu le faire en mieux. Mieux écrit, plus produit. Les choses font qu’il y a de bonnes rencontres dans la vie. Il est tombé sur les autres auteurs du film qui ont été emballés par son idée et ont eu envie de le faire avec lui. 



Faire un gros projet ensemble entre youtubeurs, c’était déjà présent ou c’est vraiment Kemar qui a initié ça ?


En film, il y a eu un début de projet du Studio Bagel mais ça ne s’est jamais fait. Ce n’était peut-être pas le bon moment. Là, les astres s’alignent. Ici, ça s’est parfaitement aligné il y a deux ans et c’est là que ça s’est fait.


En tant que youtubeurs, chacun fait son projet seul de A à Z quasiment. Ici vous êtes livrés au réalisateur et aux scénaristes. Ca fait quoi de passer d’une manière de faire à une autre relativement différente ?


C’est stressant. Surtout qu’il y a une durée limitée. C’est 1 mois et pas un jour de plus car un jour de plus ça coûte très cher. On a droit qu’à trois prises, quatre prises maximum. C’est stressant de se dire qu’on ne peut pas prendre le temps de refaire 1000 fois une prise. Après, en réalisation, comme Marc n’est pas réalisateur, il a fait totalement confiance à Tony et il a bien fait. Le seul gros stress, c’est le nombre de prises qui est réduit.


Est-ce que Youtube est une bonne école pour le cinéma ?


Je n’ai jamais fait d’école de théâtre et quand je regarde mes premières vidéos d’il y a cinq ans, il y a mes yeux qui brûlent parce que ce n’est pas du tout ça. A force de rencontrer des comédiens qui sont bons, te conseillent, des réalisateurs qui te dirigent, c’est une école de théâtre mais sur le terrain, direct. Certes les premiers essais vidéos ne sont pas terribles mais je pense que n’importe qui, s’il fait ça, à force de conseils, il va y arriver.


 


Le film rassemble plein de youtubeurs aux profils très différents. Bien qu’il y ait un cadre établi, vous n’avez pas eu des craintes de voir si cela allait fonctionner ?


On se connait d’avant, on sait comment on joue. On sait qu’untel aurait parfaitement été pour tel personnage. Il n’y avait pas besoin de passer un casting. La seule qui en a passé un c’est Lila. On ne la connaissait pas ce qui tombait bien puisque dans le film, c’est un personnage que les autres ne connaissent pas donc ça aide pour jouer. Comme on se connait tous, on sait comment tout le monde joue. C’est un talent de comédien de se créer une autre personnalité pour un personnage. Et on savait que ça allait fonctionner. 


C’est quelque chose que vous voulez continuer ?


On s’est tellement amusés que c’est encourageant et ça donne envie d’en faire un autre. Avec la même équipe, pourquoi pas ? Tenir un personnage sur une plus longue durée c’est chouette aussi. D’habitude, on le garde pendant maximum trois jours. Même si on l’aime beaucoup, on n’a que trois jours alors que la on l’a plus longtemps. C’est un autre plaisir et un autre challenge.


Vous n’avez pas envie d’écrire pour le cinéma ? Voire de réaliser.


J’ai déjà deux idées de films. Comme beaucoup, ça va aussi se jouer sur le succès du Manoir. Je sais que Pas très normales activités ça avait traumatisé plusieurs productions qui avaient ensuite bloqués les portes à tout ce qui venait d’internet pendant cinq ans. 

A propos de l'auteur

Thibault van de Werve

Passionné de cinéma depuis tout petit, j'affectionne particulièrement Steven Spielberg, Terrence Malick, Alejandro Gonzalez Iñarritu ou encore, pour les plus jeunes, J.C. Chandor et Jeff Nichols.

Articles similaires