Team Iron Man ou Team Cap ?

Affiche de Captain America : Civil War

Affiche de Captain America –  Civil War de Joe et Anthony Russo (2016)

Steve Rogers est désormais à la tête des Avengers, dont la mission est de protéger l’humanité. A la suite d’une de leurs interventions qui a causé d’importants dégâts collatéraux, le gouvernement décide de mettre en place un organisme de commandement et de supervision. Cette nouvelle donne provoque une scission au sein de l’équipe : Steve Rogers reste attaché à sa liberté de s’engager sans ingérence gouvernementale, tandis que d’autres se rangent derrière Tony Stark, qui contre toute attente, décide de se soumettre au gouvernement…

Ça y est, la Phase 3 du Marvel Cinematic Universe a enfin débuté grâce à ce Captain America – Civil War. Il arrive près d’un mois après la sortie de Batman v. Superman – L’Aube de la Justice qui, forcément, souffre d’une comparaison puisque les deux métrages mettent en scène l’affrontement entre deux icônes de la culture comics. D’autres raisons font que les deux films seront inévitablement comparés mais ça n’est pas le propos ici. Les amateurs de comics attendaient ce moment depuis longtemps et, enfin, il prend forme. Ce qui est certain, c’est qu’il a une certaine pression sur ses épaules puisqu’il doit lancer la Phase 3 du MCU qui, dès 2017, comptera trois films par an. Cette année, il y aura encore le très attendu Dr Strange qui fera ses débuts sur le grand écran.

De par son ampleur, Captain America – Civil War pourrait presque passer pour un Avengers 3. Le scénario, ambitieux, s’enfonce encore plus dans les dédales complexes du MCU. Bien entendu, le personnage principal du film est Steve Rogers aka Captain America mais les seconds rôles ne sont pas en reste. L’arc narratif principal, qui justifie le titre du film, est tiré de ces accords qui doivent être signés par les super-héros. Ces accords sont censés réguler leurs faits et gestes ainsi que leur attitude envers les populations et les gouvernements. Mais, comme souvent, il y a d’autres choses qui sont présentes et, le second arc narratif important est la relation qui lie Steve Rogers à son ami d’enfance Buck aka le Soldat de l’Hiver. Les frères Russo avaient déjà démontré avec Captain America – Le Soldat de l’Hiver qu’ils pouvaient gérer des enjeux importants tout en n’oubliant pas leurs personnages. Ils le prouvent une nouvelle fois ici. Car oui, Steve Rogers, Buck et Tony Stark (aka Iron Man), sont vraiment creusés. Pour au moins deux d’entre eux, ce sont des personnages que l’on voit depuis déjà depuis quatre et cinq films, ce métrage ci devenant leur cinquième et sixième métrage dans le MCU. On connaît déjà leur personnalités, leurs états d’âme et c’est évidemment éminemment intéressant de voir leur relation évoluer et prendre une tournure dramatique. Le personnage de Buck est également très présent et intéressant. Tant mieux car on risque de le revoir dans le futur.

Extrait de Captain America Civil War

Extrait de Captain America –  Civil War de Joe et Anthony Russo (2016)

Bien entendu, ce ne sont pas les trois seuls personnages présents à l’affiche mais ce sont les trois qui ont un véritable traitement. Les autres font plus acte de présence. La Sorcière Rouge, le Faucon, Vision, la Veuve Noire, Œil de Faucon, War Machine, Ant-Man (qui a encore quelques séquences réjouissantes) ont tous leur petit moment de bravoure et chacun a plus ou moins de présence à l’écran. Evidemment, les deux acolytes des deux protagonistes principaux, le Faucon et War Machine, ont un rôle prépondérant. Civil War est aussi l’occasion de revoir le général Ross, vu pour la dernière fois dans Hulk, et l’agent 13 qui est joué par Emily Vancamp, mais aussi d’introduire de nouveaux personnages. On va commencer par celui du méchant du film, Baron Zemo, qui est incarné par l’acteur allemand Daniel Bruhl. C’est un acteur talentueux qui n’a plus grand chose à démontrer et le voir tenir le rôle d’un méchant est agréable. Martin Freeman (trilogie Le Hobbit) tient également un petit rôle mais il n’a pas grand chose à se mettre sous la dent. Restent donc deux des rôles les plus attendus : Black Panther et Spiderman. En effet, l’homme-araignée revient chez Marvel suite au deal fait entre Marvel et Sony, major qui détient les droits du personnage pour le grand écran. Pour ce faire, il y a eu une volonté de rajeunir Peter Parker, conformément aux comics. C’est le comédien Tom Holland qui a finalement été choisi pour l’interpréter. Sa scène d’introduction, avec Tony Stark et tante May, est particulièrement réussie et ravira les fans. Celui qu’on attendait aussi c’est Black Panther qui, tout comme Spiderman, aura droit à son propre film en 2017. Après l’avoir vu dans Civil War, nul doute n’est possible, c’est un personnage solide qui a énormément de potentiel. Il a fait ses preuves faces aux cadors et s’en sortira certainement très bien tout seul.

Le scénario, c’est bon, les personnages et le casting, c’est bon aussi. La mise en scène des frères Russo est très efficace. Les scènes de combats sont pêchues, les angles variés et jamais ils ne font de la shaky cam exaspérante. Ils savent gérer leurs intrigues, leurs personnages mais… Car oui, il y a un mais. Bizarrement, un sentiment singulier plane au-dessus du film. C’est plutôt bien rythmé et tout s’enchaîne assez bien mais, ce rythme pose problème. Alors que le métrage devrait prendre son envol, il semble stagner sur le même tempo durant les 2 heures 30. Déjà que le démarrage semble, comme un diesel, un peu long, mais, si le rythme de croisière est monotone et sans pic, cela donne une impression mitigée, un peu comme une partie de sexe sans orgasme en somme. C’est compliqué de pointer le doigt sur ce qui aurait pu être améliorer tant le tout semble tout à fait correct mais, il manque clairement quelque chose.

Extrait de Captain America : Civil War

Extrait de Captain America – Civil War de Joe et Anthony Russo (2016)

De l’action, le film n’en manque pas, proposant quelques-unes des meilleures séquences vues dans des films de super-héros. Les duels entre Cap et Iron Man sont à la hauteur des attentes et les séquences concernant tous leurs comparses ne manquent pas d’originalité et d’ingéniosité. Pour cela, il faut regarder du côté d’Ant-Man, héros qui permet évidemment de sortir des sentiers battus. C’est hyper agréable de voir que tout son potentiel peut être exploité (son film l’avait déjà bien démontré). Les autres membres des Avengers ont tous leurs moments avec plus ou moins d’ingéniosité mais, c’est vraiment Ant-Man qui a le plus d’intérêt en termes d’action, bien que Spiderman a également quelques moments forts sympathiques (et, bonne nouvelle pour les fans, sa présence à l’écran relève plus que du simple caméo).

In fine, Captain America – Civil War est une réussite, c’est indéniable mais, ça n’est sans doute pas celle qu’on attendait. Si le film a des qualités évidentes et qu’il restera un pan important dans la mythologie du MCU, il peine à s’envoler pleinement et même à proposer quelques fulgurances jouissives et hyper efficaces. Ca n’en reste pas moins un excellent divertissement qui réussit là où d’autres ont échoué. Le scénario est cohérent et efficace, les personnages sont développés et l’action très bien foutue. Un excellent divertissement.