La vengeance est un plat …

Dans l’Ouest américain, à la fin du XIX siècle. Liz, une jeune femme d’une vingtaine d’années, mène une vie paisible auprès de sa famille. Mais sa vie va basculer le jour où un sinistre prêcheur leur rend visite. Liz devra prendre la fuite face à cet homme qui la traque sans répit depuis l’enfance…

Vous souvenez-vous de cette époque lors de laquelle on parlait d’Elle Fanning en disant que c’était la sœur de l’autre ? Brimstone est un film avec Dakota Fanning, la sœur d’Elle Fanning, qui revient sur le devant de la scène après s’être fait discrète durant plusieurs années. Après une présentation discrète lors de sa présentation à Venise, Brimstone débarque sur nos écrans.

D’une durée d’environ 2h20, Brimstone est un western noir qui n’est pas forcément facile d’accès. C’est l’histoire de la vie de Liz de façon non linéaire en alternant présent, flashback et futur, le tout grâce à un chapitrage précis. Le scénario en lui-même est relativement simple, sans fioritures. Ce qui le rend intéressant, c’est son traitement, sa structure narrative mais aussi la façon dont il est monté. La base, ce n’est qu’une simple histoire de vengeance tout ce qu’il y a de plus classique. L’écriture s’est centrée sur les moments clés sans être avare de détails. Le résultat n’en est que plus réussi et prenant. Ce n’était pas gagné d’avance de tenir la durée avec un script si ténu mais, il est plus riche qu’il n’y paraît.

Il faut aussi évidemment souligner le travail de mise en scène de Martin Koolhoven. Il est le principal élément à qui est due cette réussite. Le réalisateur néerlandais a un sens indéniable du cadrage et de la gestion du rythme, d’autant plus primordial dans ce type de film. Il ne faut pas lasser ou ennuyer le spectateur et, garder son attention est un exercice qui demande beaucoup de travail. Tout est calculé, millimétré, extrêmement précis. Koolhoven parvient à faire passer beaucoup d’émotions en quelques plans, changer d’ambiance en un rien de temps. Ces changements sont tantôt attendus, tantôt surprenants mais ils sont chaque fois contrôlés et nécessaires.

Brimstone, c’est aussi un solide casting 5 étoiles de comédiens pourtant habitués aux seconds rôles qu’aux rôles de premier plan, jugez plutôt : Dakota Fanning, Guy Pearce, Kit Harrington, Carice Van Houten,… Les deux rôles les plus importants sont tenus par un Guy Pearce terriblement investi et une Dakota Fanning comme on ne l’avait jamais vue. Sans vous en révéler de trop, son personnage endure une transformation physique qui influe son jeu d’actrice. Elle évolue dans les deux états da façon très convaincante. En tout cas, c’est un véritable plaisir de la voir revenir ainsi sur le devant de la scène.

Si vous êtes un amateur de westerns, de films sombres, crépusculaires et prenant son temps, n’hésitez pas à aller voir Brimstone, qui n’est d’ailleurs pas sans rappeler le western européen avec Sam Riley The Dark Valley. Rare sont les westerns européens alors, quand en plus c’est de si bonne qualité, il ne faut pas se faire prier.