Une interview, le nouveau Terry Gilliam et une excellente comédie étaient au programme de ce week-end.

 

Cette 5ème journée a débuté par une interview avec Giancarlo Giannini et Silvia de Santis. L’interview, qui a commencé avec 1 heure de retard était très intéressante comme vous pourrez le constater en la lisant.

 

Après cette interview, ce sont 4 longs-métrages qui étaient prévus au programme : Patch Town, Aura, Dark Blood et The Zero Theorem.

 

Le premier film, Patch Town, avait déjà été présenté au BIFFF deux jours plus tôt mais était de nouveau programmé. Le film se base sur le principe que les hommes naissent dans des choux. Etrange mélange entre conte et comédie musicale, cette histoire amusera petits et grands. Le côté enfantin de l’histoire est totalement assumé mais est surtout plaisant et intéressant. Espèce de conte moderne (en reprenant des histoires du folklores est-européen), Patch Town ravira tout le monde.

 

Extrait de Patch Town de Craig Goodwill (2014)

Extrait de Patch Town de Craig Goodwill (2014)

 

Ensuite, j’ai vu Aura, film hongrois fait avec très peu de moyens, pour ne pas dire pas de moyens du tout. C’est un film qui, d’après le réalisateur, a été fait en famille. Et malheureusement, ça se voit, surtout quand il s’agit d’effets spéciaux. Au niveau de l’histoire, ce n’est pas trop mal même si on voit difficilement où ça mène. Le film est vraiment intrigant mais n’arrive jamais à passionner. A noter toutefois un bel hommage à Rencontres Du Troisième Type lors d’une réplique.

 

Extrait de Aura de Zsolt Bernath (2014)

Extrait de Aura de Zsolt Bernath (2014)

 

Film suivant, Dark Blood de George Sluizer. Ce film est le film durant le tournage duquel River Phoenix est décédé. Le tournage n’a bien entendu pas pu être complété mais, près de 20 ans plus tard, on le découvre enfin. Sluizer avait pu filmer 83% des scènes. Pour combler les trous, Sluizer utilise une voix off expliquant les différents passages concernés. Ce n’est pas gênant et c’est plutôt bien fait. L’histoire raconte comment 2 anglais (Judy Davis et Jonathan Pryce) tombent en panne avec leur Bentley dans le désert américain. Ils rencontrent Boy (joué par River Phoenix) qui va leur venir en aide. Cependant, son comportement va s’avérer être de plus en plus bizarre, au plus grand désarroi de nos 2 voyageurs en détresse. Le film, assez classique au final, est une vraie réussite.

 

Extrait de Dark Blood de George Sluizer (2014)

Extrait de Dark Blood de George Sluizer (2014)

 

Enfin, dernier film de la soirée, un film très attendu des cinéphiles du monde entier, The Zero Theorem de Terry Gilliam avec Christoph Waltz, Mélanie Thierry, David Thewlis, Matt Damon et Tilda Swinton. Je reviendrai sur le film lors d’une critique complète mais on peut déjà dire que c’est du Gilliam pur jus. Un peu trop probablement. Si, comme dans ses films précédents, les dimensions lyriques et universelles sont bien présentes, le film ne tient pas la longueur. Très intelligent et avec, de nouveau, beaucoup de réflexions intéressantes, le nouveau né de Terry Gilliam s’essouffle trop souvent et lasse. Les acteurs ne sont pas à blâmer, c’est juste que Gilliam, comme Burton, commence à se reposer sur ses lauriers et n’arrive plus à nous enchanter comme par le passé.

 

Extrait de The Zero Theorem de Terry Gilliam (2014)

Extrait de The Zero Theorem de Terry Gilliam (2014)

 

Pour la journée du dimanche, un seul film au programme : Cheap Thrills, et quel film ! Cette comédie un peu gore et totalement immorale est extrêmement drôle et fait une razzia de prix à chaque festival auquel elle passe. Que feriez-vous pour 250 000 $ ? C’est l’idée de départ qui va, bien évidemment, donner lieu à des scènes complètement folles et drôles. Certainement un des films à voir lors de ce festival tellement il est réussi !

 

Extrait de Cheap Thrills de EL. Katz (2014)

Extrait de Cheap Thrills de EL. Katz (2014)

Features Stats Integration Plugin developed by YD