Gabriel 0 – La montagne 1

Gabriel a été accepté dans une très grande université Américaine mais avant cela il veut faire le tour du monde en un an.  Le film commence à la fin de son voyage, en Afrique. Gabriel est vif et curieux et veut tout connaître de la vie.

Le film est adapté d’une histoire vraie et se construit comme un hommage. Il n’y a pas de doute sur la fin de Gabriel qui fut retrouvé mort au Mont Mulanje, Malawi. Partant de ce principe-là, le film ne joue jamais avec le spectateur sur la fin possible, évitant ainsi un principe de narration assez putassier. Le réalisateur, Fellipe Barbosa, était un ami de lycée de Gabriel et est parti des photographies prises par celui-ci pour créer ce film. C’est son second long-métrage après Casa Grande, film qui porte un regarde adolescent et critique sur la bourgeoisie de Rio. Dans Gabriel et la montagne, Fellipe Barbosa continue son observation à la fois candide et critique de la société. Gabriel essaye dans chaque pays qu’il visite de ne pas se comporter en touriste, seulement il ne peut pas faire autrement et toute sa volonté pour s’intégrer ne fait qu’intensifier sa différence.

La grande qualité du film vient du jeu très physique du charismatique acteur João Pedro Zappa, soutenu tous le long par ses rencontres qui sont les véritables personnes que Gabriel a rencontré. La performance de Caroline Abras est également à noter car elle apporte un contrepoint bienvenu pour un sujet qui aurait pu être beaucoup plus monolithique et moins nuancé sans cela.  Le second aspect très réussi de ce film est la manière de filmer les espaces urbains et les paysages qui est très belle et sensible.

Le film est donc une très jolie réussite avec un traitement relativement original et une belle énergie. Il fut très bien reçu sur la croisette car il a gagné à la fois le Prix Fondation Gan à la Diffusion et le Prix de la Révélation France 4 lors de la Semaine de la critique.